Des étudiantes, appelées ” sugar babies ” qui financent leurs études en offrant leurs charmes à des hommes riches et âgés, c’est une réalité en pleine expansion dans un contexte de crise. Un business qui interroge la notion de prostitution : elles se voient comme des filles libres et désirées ; ils se voient comme des mécènes. Troublant.
Souvenez-vous, c’était à la rentrée scolaire : une affiche géante, aux abords de l’Université libre de Bruxelles (ULB), créait l’émoi. À côté d’une jeune femme en lingerie, on pouvait y lire : ” Hey, les étudiantes ! Améliorez votre style de vie, sortez avec un sugar daddy “, suivi de l’adresse de RichMeetBeautiful (un riche rencontre une belle) un site de rencontres spécialisé….
Pour lire l’analyse, cliquez  sur acrfana_2018_07_sugar_baby_pygmalion_MD