La Belgique a choisi, de même que les pays européens pour ne parler que d’eux, la voie de l'” austérité “. Un faible mot pour dire que l’État dépense de moins en moins au titre de l’ensemble des services publics et de ses fonctions régaliennes, dont la Justice… Au premier rang des perdants ? Les travailleurs (toutes catégories confondues), dont ceux des palais de Justice et des prisons. Au premier rang des victimes ” collatérales ” ? Le peuple, et en particulier cette partie de la population qui a quitté la voie légale, a commis une infraction et se retrouve incarcérée. C’est à ce titre que le premier magistrat de Belgique a qualifié son pays d'” État voyou “. Petit tour de la question…
Pour téléchargez l’analyse, cliquez sur acrfana_2017_09_Belgique_état voyou_JFP