” Quand les gens entrent dans notre vécu, les clichés s’en vont avec ”  – François, fils d’Annie et Claire
Ils sont là, tous les cinq, un peu serrés autour de la table familiale. Annie et Claire, les mamans sexagénaires, et leurs jumeaux bientôt trentenaires, Anna et François. Ce dernier est le papa de Lucas, assis sur les genoux de sa grand-mère. Il n’est pas exagéré de dire que cette famille est née au ” siècle dernier “, vu la mentalité étroite qui accueillait en ce temps-là tout signe d’homosexualité.
Annie et Claire se sont connues au patro. Elles avaient 17 ans. Ce fut le coup de foudre. Claire ne se rappelle plus quand elle en a parlé à sa mère. De son côté, Annie ne pouvait rien révéler vu l’hostilité de ses parents qui ont longtemps fait mine de tout ignorer.  ” Avec la découverte de cet amour, on s’attend à tout, soupire Claire. Dans les années 70, l’homosexualité était regardée de travers. Il fallait rester discrètes, même si les amis étaient au courant. Vers 24 ans, on a décidé de vivre ensemble “.
Le jeune couple accueille ses neveux, mais n’imagine pas vivre sans enfant. Elles ont pensé à l’adoption mais finalement optent pour l’aventure combien difficile de l’insémination avec donneur anonyme. Et vient l’énorme surprise d’une grossesse gémellaire. Ah oui, elles sont contentes ! Mais leur situation s’annonce compliquée…
Pour télécharger l’analyse, cliquez sur acrfana_2017_24_homoparentalité_GU