Des chercheurs du célèbre Institut Sipri ont présenté une étude explosive : au cours des dernières années, tant le nombre de conflits armés et le nombre de morts dans les conflits que le nombre de réfugiés ont doublé dans le monde.

Un quart de toutes les espèces sont menacées d’extinction. Le nombre d’insectes pollinisateurs tels que les abeilles, les bourdons et les papillons diminue de manière drastique. Cela a des conséquences massives sur la situation alimentaire. Les phénomènes météorologiques extrêmes, tels que les tempêtes et les vagues de chaleur, sont de plus en plus fréquents et durent de plus en plus longtemps. Les récoltes sont mauvaises, le nombre de personnes affamées augmente. Les pandémies sont de plus en plus fréquentes, et tous ces dangers s’abattent simultanément sur l’humanité. Le mélange est toxique, profond et dommageable. Nous vivons dans un monde global de crises permanentes. Qu’est-ce qui en découle ?

Lumen Gentium, un document du Concile Vatican II, dit : “Celui qui parle de l’Église aujourd’hui doit, bien sûr, embrasser le large horizon de l’Église catholique mondiale et ne pas s’arrêter à son propre clocher. Les dimensions mondiales et locales ont toujours fait bon ménage dans l’Église depuis ses origines. Cela a toujours été connu, mais aujourd’hui, dans un monde si interconnecté par la mondialisation, c’est plus évident que jamais. Nous avons besoin d’un ordre mondial juridique, politique et économique qui favorise et oriente la coopération internationale vers le développement solidaire de tous les peuples…”

Il s’agit de défis mondiaux qui doivent être résolus à l’échelle mondiale. Le monde global a besoin d’un ordre global – et c’est un ordre fondé sur des règles. Mais il est également vrai que nous avons besoin de nous tous, que chacun d’entre nous est sollicité. La contribution de l’individu ne peut être abandonnée. Toutefois, sa contribution doit être soutenue et encouragée – par exemple par le passage des sources d’énergies fossiles aux énergies renouvelables, par une augmentation continue de l’efficacité des ressources et par une économie circulaire moderne, c’est-à-dire par la durabilité écologique. Ceux qui tiennent compte de cet aspect ainsi que des droits de l’homme et de la protection du climat dans leurs actions et leur commerce peuvent également mettre leurs produits sur le marché. Ces conditions préalables, ces normes, sont fixées de manière contraignante dans des accords internationaux, c’est-à-dire dans des règles. C’est ce qu’on appelle un ordre fondé sur des règles. C’est la condition préalable à la gestion des crises et des conflits.

N’oubliez pas : le développement humain, la réussite de la vie, la communauté et la communauté des États exigent de l’humanité, de la justice pratique et la volonté d’assumer des responsabilités.

Hermann Kroll-Schlüter juillet 2022

Hermann Kroll-Schlüter est un agriculteur et homme politique allemand. De 1991 à 1998, il a été secrétaire d’État au ministère de l’Agriculture et des Forêts de l’État libre de Saxe