Ces 20 et 21 février 2017 se déroulaient nos journées ” Sens-Vie et Foi ” qui proposaient d’interroger les lieux de joie dans notre temps si propice à la peur. Ce fut également l’occasion d’en apprendre davantage sur la place des émotions dans la société qui nous entoure et plus particulièrement, sur l’importance actuelle de celles-ci dans les médias.  Et pour le docteur Martin Desseilles, professeur de psychologie à l’Université de Namur  le constat est clair, les médias qui nous entourent nous ont poussé ” dans  l’ère de l’immédiateté et de l’étalage des réactions primaires. ” Et si ” les journalistes sont coupables, les citoyens le sont également. ” Mais s’il est de bon ton, de nos jours, de vilipender la presse, en quoi les accusations du professeur Desseilles sont-elles plus fondées que les attaques poujadistes tellement en vogue à l’heure actuelle ?
Pour télécharger l’analyse, cliquez sur acrfana_2017_11_actualités_émotions_cdf