L’antenne ACRF – Femmes en milieu rural de Tournai collabore depuis plusieurs années à la Commission Pluri’elles au sein du Centre Culturel de Leuze. Ce groupe rassemble différentes associations et des citoyennes leuzoises.  La dernière édition au titre choc ‘Clash aux clichés’ – je dis non aux étiquettes’ a abordé la thématique des clichés hommes/femmes, appelés également préjugés sexistes, le but étant d’inviter chacun et chacun à prendre conscience des stéréotypes qui nous conditionnent parfois dans nos comportements et dans nos relations aux autres et de pouvoir s’en détacher. Portées par nos convictions de femmes et nos préoccupations pour l’avenir de nos sociétés,  nous y partageons des réflexions, impulsons des idées de projets sur des thématiques qui touchent à la femme, les relations familiales, le handicap, l’écologie, le développement durable… L’équipe du Centre culturel apporte son soutien pour enrichir et concrétiser les actions. Chaque année, La Journée de la femme reste un rendez-vous important. La dernière édition au titre choc ‘Clash aux clichés’ – je dis non aux étiquettes’ voulait aborder la thématique des clichés hommes/femmes, appelés également préjugés sexistes, le but étant d’inviter chacun et chacun à prendre conscience des stéréotypes qui nous conditionnent parfois dans nos comportements et dans nos relations aux autres et de pouvoir s’en détacher.

La thématique a était travaillée en amont avec des animateurs dans des ateliers auprès de différents groupes  (écoles communales et secondaires, Patro, lecteurs de la bibliothèque, résidents du Home, Crèches, CPAS, ateliers du Centre culturel…). Puis c’est au cours d’une quinzaine du 7 au 20 mars que le public a pu découvrir ces réalisations collectives et participer aux nombreux évènements proposés : expo collective, ateliers participatifs, concert, conférence-débat, soirée d’impro, soirée dansante ! Pour ce projet d’envergure, nous avons investi le site du futur centre sportif de Leuze, un vaste espace à l’ambiance ‘usine désaffectée’, ambiance vite réchauffée par les objets exposés : silhouettes colorées, poupées Barbies et Ken déstructurées, affiches publicitaires, revues de presse, cordes à linge où pendent des tee-shirts et culottes slogans … (voir photo sur le site de l’ACRF Femmes en milieu rural).

Le décor était planté. Samedi 7 mars, c’est un public nombreux qui est venu au vernissage de l’expo et au concert inaugural par les  Solid’elles ! Une belle soirée, animée, conviviale, rassembleuse où notre chorale a reçu une belle écoute. Le son de leurs chants, de leur musique remplissait l’espace, leurs visages expressifs, rehaussés du rouge de leurs tenues décuplaient les émotions. Elles étaient belles les Solid’elles. Mêlées aux autres spectateurs, à voir ce groupe de femmes, aux physiques, aux âges, aux attitudes si différentes mais néanmoins une : une femme. Une femme debout qui s’exprime et qui chante: je me disais : quel beau symbole pour notre ‘clash aux clichés’. 1er clash envoyé.

Autre rendez-vous phare du projet : la conférence-débat de Sylvie Lausberg : ‘Clichés, stéréotypes et stigmatisation à travers les injures sexistes’. Cette historienne et psychanalyste croise ses 2 disciplines pour nous proposer une promenade du 15ème siècle à nos jours, parmi les injures sexuelles et leurs significations politico-sociales. L’exposé attire notre attention sur ces insultes qui font partie de notre vie courante et qu’on ne relève plus mais qui visent pourtant à  invalider la parole des femmes qui sortent des places qui leur sont assignées. Puis, pour ponctuer la conférence, nous avons ensuite regardé le documentaire ‘Sexy inc.’ qui explore l’hyper sexualisation de notre environnement et ses effets nocifs sur les jeunes, à travers notamment les médias et la publicité.

Après le débat, Sylvie Lausberg nous laisse sur “une troisième voie”, faite d’actions dynamiques et ludiques qui permettraient d’améliorer les relations entre filles et garçons,  pour plus d’égalité de traitement dans une société démocratique digne de ce nom. Une idée qui a rapidement trotté dans les têtes autour du verre de l’amitié : et si on faisait des stickers à coller sur les panneaux qui afficheraient des pubs sexistes, pornographiques pour dire ‘non’ aux clichés, ‘non’ à la contamination de nos esprits. Voilà un futur projet pour notre Commission Pluri’elles : à suivre…