Nombreux sont ceux qui préfèrent oublier leur angoisse du lendemain dans le déni des bouleversements environnementaux. Un nouveau courant de pensée apporte à ceux-là un peu de baume au cœur: l’économie positive. Son postulat est simple: pour réparer les dégâts perpétrés par l’homme sur la planète, en gros depuis la révolution industrielle, il faut positiver. La première partie de l’ouvrage de Maximilien Rouer et Anne Gouyon, “Réparer la planète. La révolution de l’économie positive” paru chez Lattès en 2008 a servi de support à cette analyse.

téléchargez: acrfana_2010_02_economie_positive_ml